Slow déco : une maison aussi responsable que désirable

provenciel » Déco » Slow déco : une maison aussi responsable que désirable

Et oui, si le concept slow food a existé, pourquoi pas non plus le « slow déco ». Il s’agit d’un nouveau concept qui devient rapidement à la mode et même très viral en ce moment même. Désormais, il est possible de décorer son intérieur de façon plus écologiquement responsable. Voici ce qu’il en est. 

Slow déco : une tendance pour une décoration responsable et écologique

Source image : pixabay

Avec la crise économique et sanitaire, il n’y a pas moyen de respirer ! Heureusement que la décoration nous fait toujours oublier notre quotidien mais elle peut aussi nous faire voyager. 

Cela peut vous intéresser : Comment donner l'impression d'une pièce plus grande ?

Certes, le concept de slow déco n’est pas vraiment nouveau. C’est juste une autre manière de redécorer sa maison de façon plus responsable. L’objectif ? Et bien, il permet de : 

  • Evacuer le stress et la pression.
  • Changer de décor et d’ambiance.
  • Améliorer le confort de son intérieur.
  • Avoir un intérieur plus sain et plus épuré.
  • Avoir un intérieur plus agréable à vivre.
  • Choisir librement les objets déco.
  • Renoncer aux achats impulsifs.
  • Créer une décoration minimaliste.
  • Eviter le superflu.
  • Réduire son empreinte écologique.
  • Privilégier les matériaux durables et nobles.
  • Consommer moins et mieux.

Le slow déco, c’est donc ça : apprendre à décorer sa maison tout en respectant les normes environnementales et réduire son empreinte écologique. On s’intéresse davantage aux matériaux de fabrication et à l’origine des objets. Ainsi, il ne s’agit pas forcément d’un style déco mais plutôt un geste responsable envers notre planète et notre intérieur. 

A découvrir également : Comment recouvrir un rebord de fenêtre ?

Slow déco : les conseils pour l’adopter chez soi

Il est devenu très tendance d’adopter le slow déco chez soi. A la base, on n’achète que des objets vintages et recyclés. Mais le concept peut aussi être renforcé grâce aux créations faites à la maison. De nombreux ménages adoptent en effet de nombreux objets déco écolo qui donnent un impact positif sur notre planète. Ils se tournent vers des objets certifiés C2C, ce qui veut dire que ces objets sont recyclables à l’infini. 

Ainsi, l’idée est donc de : 

  • Valoriser au lieu de jeter.
  • Utiliser du lino au lieu de changer de parquet.
  • Choisir des solutions qui n’affectent pas la santé.
  • Réutiliser des matériaux.
  • Bien gérer les énergies renouvelables : l’eau, le carbone…

Certes, c’est plutôt la révolution verte qui est en marche et qui privilégie le retour à la source. De plus en plus d’industries de mobilier et décoration se mettent enfin au recyclage : 

  • Des matières premières.
  • Des déchets de coproduits agricoles.
  • Des déchets issus de la mer.
  • De l’upcycling.
  • Des vieux textiles.

Ce sont des méthodes utilisées de nos jours par des architectes et des designers spécialisés en fibre verte. L’objectif étant de promouvoir la transformation et la valorisation des ressources existantes

Slow déco : rendre sa maison responsable

A travers une déco responsable, on peut rendre sa maison plus écologique et plus saine que jamais. On mise alors sur tous les éléments de décoration écologiques comme : 

  • Des papiers-peints écolo et zero PVC.
  • Du papier kraft recyclé.
  • Des peintures qui sont issues de la chimie du végétal.
  • Une décoration avec des plantes.
  • Des peintures biosourcées à base de déchets d’algues et de coquilles Saint-Jacques.

Certes, les peintures biosourcées possèdent un très haut pouvoir couvrant. Elles présentent aussi l’avantage d’être faciles à appliquer et d’être très opaques. 

Ce n’est pas tout, on peut aussi miser sur des linos à base de composants naturels comme les phtalates et le vinyle. Il faut alors privilégier les objets ou les produits fabriqués à partir des déchets valorisés et qui n’ont aucun impact néfaste sur la santé. Tel est aussi le cas des isolants. On doit alors vérifier sur l’étiquette si les isolants n’ont aucun impact sur la santé et si les émissions de COV sont faibles et classée niveau A+. 

Source image à la une : pixabay

Slow déco : une maison aussi responsable que désirable

Retour en haut